ptzLe principe du PTZ (Prêt à Taux Zéro) est d’avancer de l’argent sans intérêt, à destination des achats de résidence principale. Le PTZ+, mis en vigueur au 1er janvier 2013, n’est plus accordé qu’à certaines conditions comme les ressources de l’emprunteur. Aussi, la durée de remboursement ainsi que son montant mensuel sont callés sur ces mêmes ressources. Ne pas confondre ce prêt à taux zéro avec l’éco-prêt à taux zéro qui est, lui, uniquement destiné à financer des travaux. Le PTZ + est donc destiné à financer la construction d’un logement, l’aménagement d’un logement en local à usage professionnel (c’est-à-dire qu’il ne sera pas destiné à l’habitation), ou à l’achat d’un bien pour une première occupation. Cependant, le PTZ+ peut également financer l’achat d’un logement ancien à condition qu’il appartienne au parc social, type HLM, et qu’il est vendu à son occupant actuel.

Mais le nouveau PTZ est-il vraiment un élément encourageant à l’investissement dans le neuf ?

Déjà, il ne s’adresse qu’aux ménages les plus modestes, ou encore ceux qui sont le plus susceptibles d’être en situation de surendettement. Parmi les changements majeurs, il est désormais plus facile de rembourser ce prêt, qui ne peut durer plus de 25 ans.
Cependant, le PTZ+ n’est pas vraiment à l’avantage des particuliers si on s’en réfère aux avis d’experts, car cela exclu des milliers d’investisseurs et d’emprunteurs qui ne rentrent pas dans les conditions citées. De plus, le pourcentage de prêt est passé de 40% à 35%, pénalisant les ménages aux revenus moyens ou encore les jeunes acheteurs qui n’ont pas encore le capital suffisant disponible. Enfin, tous les logements qui ne sont pas à la norme RT 2012 ne peuvent disposer de ce PTZ+, réduisant encore le nombre de logements et d’acheteurs….

A voir sur le web